Trois questions sur le Nuvaxovid, le vaccin contre le Covid de Novavax autorisé en France

·1 min de lecture

Un vaccin pour convaincre les réticents. La Haute Autorité de santé a annoncé vendredi qu'elle autorisait le vaccin du laboratoire américain Novavax pour lutter contre l'épidémie de coronavirus qui connaît un vif regain avec le variant Omicron. Les Français auront donc bientôt le choix entre cinq vaccins. Europe 1 revient sur les principales questions que l'on peut se poser avant les premières injections, prévues début février.

>> À LIRE - Paris : un pharmacien dénonce son employée qui délivrait des faux pass

Quelles différences avec les autres vaccins ?

Contrairement au produit mis au point par les laboratoires Pfizer-BioNTech, le Nuvaxovid n'utilise pas la technologie ARN Messager qui fait tant parler chez une partie des non-vaccinés. Il n'est pas non plus un vaccin à vecteur viral, comme l'AstraZeneca ou le Janssen. Le produit mis au point par le laboratoire américain utilise la même technique que les vaccins contre la coqueluche, la méningite à méningocoque et l'hépatite B. Concrètement, ce produit dit "sous-unitaire" (car il porte seulement une partie du virus et non sa totalité) contient la fameuse protéine Spike du Covid-19 , celle qui permet de pénétrer dans les cellules humaines. Elle y est injectée pour déclencher une réponse immunitaire chez le patient, et ainsi lui offrir une protection.

Le Nuvaxovid est donc un vaccin à la technologie classique, et c'est un atout dans une stratégie de vaccination généralisée. "Il y a des personnes qui ne veulent pas de l'...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles