Trois questions sur l'exonération de la taxe d'habitation, dont les plafonds viennent d'être dévoilés

franceinfo avec AFP
Taxe d'habitation : l'Assemblée vote la suppression pour 80% des ménages d'ici 2020

La promesse emblématique d'Emmanuel Macron en matière de fiscalité sera entièrement mise en œuvre en 2020. D'ici trois ans, 80% des ménages n'auront plus à s'acquitter de la taxe d'habitation, a déclaré le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, mercredi 13 septembre.

S'exprimant au Club de l'économie du Monde, le ministre a également dévoilé quels seraient les seuils d'exonération de la taxe d'habitation, pour les personnes seules comme pour les couples. Qui sera dispensé de cet impôt dans trois ans ? Quel sera l'impact financier de cette réforme pour les communes ? Franceinfo répond à trois questions que vous vous posez peut-être sur la taxe d'habitation.

1Qui doit payer la taxe d'habitation en France ?

Cet impôt s'applique à l'ensemble des logements meublés, qu'il s'agisse d'habitations principales ou de résidences secondaires, explique le site service-public.fr. Il concerne aussi les "dépendances du logement", c'est-à-dire les parkings ou garages privatifs. Que vous soyez propriétaire, locataire ou hébergé gratuitement, vous devez vous acquitter de la taxe d'habitation pour le logement que vous occupez au 1er janvier d'une année donnée.

Le montant de la taxe d'habitation est calculé en fonction de votre commune, mais aussi de la valeur locative et de la date de construction de votre logement. Ces estimations ne sont pas récentes : elles ont été établies dans les années 1970 et ont relativement peu changé depuis. Aujourd'hui, la taxe d'habitation est particulièrement critiquée pour son aspect inégalitaire : bien souvent, elle est plus élevée dans les communes défavorisées.

Selon Gérald Darmanin, 12 millions de ménages sont déjà exonérés de cet impôt. Il s'agit notamment des bénéficiaires de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), précise Libération. Certaines (...) Lire la suite sur Francetv info

"Si Benoît Hamon avait retiré sa candidature, il serait Premier ministre et moi président de la République", estime Jean-Luc Mélenchon
Le manque de logements, un sujet sensible pour les maires
Baisse des APL : le secteur du bâtiment s'inquiète
Taxe d'habitation : qui seront les gagnants de la réforme ?
VIDEO. JO 2024 à Paris : "C'est une formidable reconnaissance", lance Emmanuel Macron

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages