Les trois pistes privilégiées par Emmanuel Macron avant sa probable prise de parole dans les jours qui viennent

·1 min de lecture

Un nouveau tour de vis ? Depuis maintenant plusieurs semaines, la courbe épidémique s'envole et certains hôpitaux - notamment en Ile-de-France - sont proches de la saturation. Alors que plusieurs médecins exortent le président de la République d'annoncer un confinement strict comme au printemps dernier afin de limiter la propagation du virus, Emmanuel Macron semble hésiter. Selon plusieurs rumeurs, ce dernier devrait peut-être prendre la parole mercredi 31 mars au soir tandis que d'autres estiment qu'il se laisse 15 jours pour décider de la suite des événements. Il faut dire que le gouvernement est engagé dans une course contre la montre : les beaux jours arrivent et la campagne vaccinale semble s'accélérer, faisant espérer une sortie de crise d'ici à l'été.

Pour l'instant, l'épidémie s'aggrave dans de nombreuses régions et Emmanuel Macron consulte tous azimuts avant la tenue d'un nouveau Conseil de défense sanitaire demain matin. Selon les informations de BFMTV, trois pistes sont privilégiées par l'exécutif. Le premier scénario c'est le statu quo et le chef de l'État n'annonce aucune nouvelle restriction. Pour y parvenir, il faudrait alléger la pression sur les hôpitaux notamment dans les services de réanimation. "Le ministère de la Santé pourrait décider de faire venir médecins et réanimateurs provenant de régions moins touchées, pour qu'ils prêtent main forte dans les zones sous tension", explique la chaîne d'information en continu tout en expliquant que si les écoles restent (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Elizabeth Tchoungui (Autisme, mon enfant, ma bataille, France 5) : "Mon film, c'est un plaidoyer pour une société plus inclusive avec les autistes"
Vers un été normal ? Très sceptique, le conseil scientifique ne voit pas d'amélioration avant "septembre 2021" et liste une série de prédictions très sombres
Patrick Pelloux s'emporte contre les médecins alarmistes et dénonce un "coup de com'"
L'étonnant coup de téléphone d'Edouard Philippe à un élu : "Ils ont voulu ta peau... Turlututu doigt dans le cul !"
L'infectiologue Gilles Pialoux dresse un constat alarmant sur la situation sanitaire : "Il y a ce mur dans lequel on va" (VIDEO)