Trois personnes meurent dans l'incendie d'un immeuble en partie squatté à Marseille

·4 min de lecture

Trois hommes ont péri et un enfant de deux ans a été grièvement blessé samedi dans l'incendie d'un immeuble en partie squatté dans un quartier déshérité de Marseille, ville frappée par d'importants problèmes de mal-logement.

Les trois hommes qui ont trouvé la mort en tentant de sauter de l'immeuble pour échapper aux flammes sont des migrants sans papiers, a indiqué à l'AFP une source judiciaire. Un enfant de deux ans est lui hospitalisé, entre la vie et la mort. Un autre adulte a également été blessé et huit personnes intoxiquées, selon la préfecture de police.

Des draps noués pendant d'un appartement de ce bâtiment d'une dizaine d'étages témoignent de la panique qui a saisi les occupants voulant fuir le feu par l'extérieur, ont constaté des journalistes de l'AFP.

L'incendie, dont les circonstances font l'objet d'une enquête, a pris dans les parties communes dans ce bâtiment de la résidence des Flamants, propriété d'un bailleur social, où vivaient également des squatteurs, notamment des migrants nigérians. "Le feu est parti des gaines techniques", à l'aube, a précisé à l'AFP la préfète de police Frédérique Camilleri.

"Il y a un point de deal (de drogue) notoire ici et il y a des tensions entre les habitants et les trafiquants. Notre objectif est de sécuriser les opérations de secours afin que toutes les personnes puissent être mises à l'abri", a-t-elle ajouté.

"Toutes mes condoléances aux familles des victimes décédées dans l’incendie d’un immeuble à Marseille", a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en remerciant les marins-pompiers pour leur intervention.

"Drame terrible" a réagi le maire de Marseille Benoît Payan qui s'est rapidement rendu sur les lieux. "Drame absolu", a abondé la présidente du département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal.

"L'incendie est terminé. Le travail d'évacuation et de relogement des habitants a commencé", a de son côté indiqué à l'AFP la préfecture des Bouches-du-Rhône sans pouvoir préciser combien de personnes sont concernées.

Des familles portant des valises et poussant des chariots contenant leurs affaires quittaient l'immeuble dans une ambiance lourde. Femmes et enfants sont mis à l'abri en priorité dans une salle d'accueil improvisée par l'ONG Médecins du Monde et Sara Logisol, équipe mobile d'aide qui travaille avec le 115.

- Relogement d'urgence -

Une centaine de personnes seront transférées par bus dans la journée dans un gymnase dans un premier temps.

Au pied d'une voiture, deux hommes entassent de grosses valises, un ventilateur et un écran télé. D'autres tentent de descendre des sacs avec une corde depuis les étages. De jeunes hommes, pour la plupart des Nigérians, restent interdits au pied de l'immeuble où ils s'étaient installés.

"Ce matin, on a vu que tout brûlait, on a vu des gens sauter", raconte Famous, 26 ans, montrant sur son téléphone le corps d'une des victimes à terre, une jambe brisée. Il a sauté selon lui du 8e étage.

La résidence "Les Flamants", construite en 1972, est propriété de 13 Habitat, qui se présente comme le premier office HLM de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur avec 33.500 logements gérés. Elle fait l'objet d'un projet de rénovation urbaine mais "l'immeuble incendié n'a toujours pas pu être réhabilité", a indiqué à l'AFP un porte-parole de 13 Habitat.

"La situation était très préoccupante" sur ce bâtiment qui devait être détruit mais il ne faisait l'objet d'aucun arrêté de péril, selon le président d'Habitat 13, Lionel Royer-Perreault. Au moment de l'incendie, il restait au total 14 locataires légaux dans l'immeuble.

"S’il reste à déterminer l’origine du drame, ce que l’enquête éclaircira, il n’en demeure pas moins que la situation invivable des squats connus dans les logements depuis de nombreux mois et années génère aux Flamants comme dans d’autres cités de Marseille une dangerosité et des risques importants pour les habitants et les occupants", a estimé Samia Ghali, adjointe du maire de Marseille pour l'Egalité des territoires.

Marseille avait été touchée par un drame de l'habitat insalubre en novembre 2018 lorsque deux immeubles situés dans un quartier populaire du centre s'étaient effondrés, faisant huit morts.

L'ampleur du mal-logement dans la deuxième ville de France avait été révélée en 2015 par le rapport Nicol, qui recensait 40.000 taudis, soit 100.000 personnes concernées sur 860.000 habitants.

tll-san-iw/cal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles