Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens en Cisjordanie occupée

Trois Palestiniens ont été tués jeudi lors de raids israéliens en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère de la Santé dans ce territoire palestinien, qui connaît un accès de violence meurtrière depuis près d'un an.

L'armée israélienne a confirmé avoir mené un raid en début de matinée dans le camp de réfugiés palestiniens de Qalandiya, entre Ramallah et Jérusalem, et avoir identifié une personne touchée par les tirs de ses soldats.

Selon le ministère palestinien, il s'agit de Samir Aouni Harbi Aslan, 41 ans, tué "après qu'une balle tirée par l'armée d'occupation israélienne a traversé sa poitrine".

Deux autres Palestiniens, Habib Abdelrahmane Kamil, 25 ans, et Abdelhadi Nazal, 18 ans, ont été tués par des tirs de balles réelles israéliennes dans la ville de Qabatiya, près de la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, selon la même source.

Le ministère avait indiqué auparavant dans un communiqué qu'Habib Abdelrahmane Kamil avait été tué "à balles réelles dans la tête" à Qabatiya. Selon l'agence officielle palestinienne Wafa, des soldats ont encerclé la maison d'un militant palestinien dans ce village, où des échanges de coups de feu ont ensuite eu lieu.

L'armée israélienne a indiqué de son côté avoir mené un raid à Qabatiya pour arrêter un suspect, mais "le suspect recherché et un autre ont fui les lieux".

"Les forces israéliennes ont tiré vers eux. Le suspect recherché a été arrêté et l'autre a été touché" par balle, a précisé l'armée dans un communiqué qui ajoute que, dans des échanges de tirs ensuite, des soldats israéliens ont tiré sur deux autres Palestiniens.

Ces trois décès portent à neuf le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l'année dans des violences avec des forces ou des civils israéliens en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Des personnes en deuil se sont rassemblées dans le camp de Qalandiya,  pour les funérailles d'Aslan, le troisième Palestinien tué en Cisjordanie en 24 heures.

L'armée israélienne a indiqué y avoir mené en matinée une opération, durant laquelle "des suspects ont jeté des pierres et des pavés depuis des toits en direction des soldats, mettant leur vie en danger".

- Année meurtrière -

"Les soldats ont riposté avec des moyens de dispersion anti-émeutes et des balles réelles" et ont touché une personne, a ajouté l'armée dans un communiqué.

Selon Mohammed Saed, un responsable local, Aslan a été tué en tentant de s'interposer durant l'arrestation de son fils par les forces armées israéliennes. "Il a été tué dans sa maison mais il n'était pas impliqué dans l'affrontement, il essayait juste de défendre son fils", a déclaré M. Saed à l'AFP.

Selon le Club des prisonniers palestiniens, 18 personnes ont été arrêtées dans la nuit de mercredi à jeudi dans des opérations militaires israéliennes en Cisjordanie.

L'armée a notamment mené un raid à Naplouse, durant lequel deux journalistes palestiniens ont été blessés, a rapporté le Croissant rouge palestinien. Ils ont été admis à l'hôpital Rafidia de cette ville du nord de la Cisjordanie, selon un photographe de l'AFP sur place.

L'année 2022 a été la plus meurtrière en Cisjordanie depuis la fin de la Seconde Intifada, le soulèvement palestinien de 2000 à 2005, selon l'ONU.

Selon un décompte de l'AFP, le conflit israélo-palestinien a fait au moins 201 morts palestiniens (dont 150 en Cisjordanie) et a coûté la vie à au moins 26 Israéliens en 2022.

Depuis une vague d'attaques anti-israéliennes en mars et avril 2022, l'armée a multiplié les opérations dans les secteurs de Jénine et Naplouse, bastion des factions palestiniennes armées.

bur-cgo/mj/vl/sba