Trois leçons que l’Afrique peut tirer de la pandémie de Covid-19

Par le Dr Denis-Bernard Raiche*
·1 min de lecture
« Cette crise nous rappelle donc à une triste réalité : en cas de crise, qu’elle soit sanitaire ou économique, le multilatéralisme n’est que de façade et les pays africains ne doivent compter que sur eux-mêmes », dit le Dr Denis-Bernard Raiche, directeur général du centre hospitalier universitaire de Brazzaville.
« Cette crise nous rappelle donc à une triste réalité : en cas de crise, qu’elle soit sanitaire ou économique, le multilatéralisme n’est que de façade et les pays africains ne doivent compter que sur eux-mêmes », dit le Dr Denis-Bernard Raiche, directeur général du centre hospitalier universitaire de Brazzaville.

Le 11 mars 2020, l'OMS déclarait que la situation sanitaire mondiale liée au Covid-19 pouvait être qualifiée de pandémie. Plus d'un an après, il est difficile de se satisfaire au niveau mondial de la gestion de cette pandémie par les différents gouvernements et organismes internationaux, malgré sa dimension inédite. Aujourd'hui, l'Afrique doit déjà tirer les leçons de cette crise exceptionnelle pour faire face aux prochains défis sanitaires qu'elle sera inévitablement amenée à affronter.

À LIRE AUSSITunisie : « Le virus, il est partout ! »

Le nationalisme vaccinal plus fort que le multilatéralisme sanitaire

Dès le printemps 2020, nombreuses sont les voix qui se sont élevées en faveur d'un vaccin ayant le statut de bien public mondial, accessible partout dans le monde et notamment aux plus démunis. Deux dangers se profilaient déjà l'horizon : la course au profit de certains laboratoires et le nationalisme vaccinal de certains pays. Aujourd'hui, nous faisons face à ces deux obstacles. Alors que les laboratoires ont battu des records de vitesse pour produire différents vaccins, l'OMS tire la sonnette d'alarme depuis plusieurs mois sur « l'échec moral catastrophique, mais également l'échec économique » que constitue le manque d'équité concernant l'accès aux vaccins. Au 31 janvier, sur les 70 millions de personnes alors vaccinées, seules 20 000 étaient africaines, alors que le continent concentre plus d'un quart de la population mondiale. Ainsi, les États-Unis et [...] Lire la suite