Trois hommes violemment agressés à Lille, les victimes dénoncent un acte homophobe

Florian Bouhot
Un agent de police (illustration). - AFP

L'une des victimes en est sûre: "C'était clairement homophobe". Trois hommes ont été violemment agressés par cinq individus à Lille jeudi après-midi, relate l'une des victimes auprès du site Actu.fr.

Le jeune homme raconte qu'il sortait du métro Wazemmes et allait saluer deux amis homosexuels, comme lui, lorsqu'ils ont été pris à parti par un groupe de jeunes de 15-16 ans. Les insultes ont fusé: "Sales pédés", "Bougez de là", "Y a pas de pédés ici et y en a jamais eu", relate-t-il.

"J'ai surtout de la pitié"

La situation s'est très vite envenimée, poursuit le jeune homme. Les trois amis s'apprêtaient à partir quand l'un d'eux aurait reçu "une baffe". Il explique avoir réagi pour défendre son ami. C'est alors qu'il a été frappé "avec les barres métalliques de selles de vélo". Des passants se sont interposés pour faire cesser ces accès de violence. Les insultes se sont alors multipliées.

Pierrick a ensuite contacté la police. Lorsque les fonctionnaires sont arrivés sur les lieux, les suspects avaient déjà "pris la fuite dans le métro".

Le jeune homme souffre d'une plaie de trois centimètres au niveau du crâne, comme en témoigne une photo publiée par le site Actu.fr. Il s'est vu prescrire trois jours d'ITT et prévoit de porter plainte. "Ça ne doit plus arriver des trucs comme ça", témoigne-t-il. Sa colère reste toutefois contenue: "J'ai surtout de la pitié. Ils avaient 17 ans maximum. C'était des gamins".

Martine Aubry alerte le commissaire divisionnaire

La maire de Lille, Martine Aubry, s'est exprimée sur les réseaux sociaux après cette agression qu'elle qualifie "d'insupportable". "Les victimes de violences homophobes me trouveront toujours à leur côté", ajoute-t-elle.

La maire de Lille indique par ailleurs avoir alerté le commissaire divisionnaire de Lille "pour que toute la lumière soit faite" sur cette affaire.

Article original publié sur BFMTV.com