Trois gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : le procureur décrit "une scène de guerre"

·2 min de lecture

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand Eric Maillaud a tenu ce 23 décembre au soir une conférence de presse pour revenir sur le meurtre de trois gendarmes par un forcené au cours de la nuit précédente dans un hameau du Puy-de-Dôme.

Le procureur de la République est revenu sur le déroulé des évènements qui ont mobilisé « près de 400 gendarmes », décrivant la « véritable scène de guerre » découverte au petit matin sur les lieux, un petit hameau du Puy-de-Dôme situé sur la commune de Saint-Just. Il a également dressé un premier portrait du forcené et rendu un hommage appuyé aux gendarmes.La nuit d’horreur a débuté par un appel à la gendarmerie. Ce coup de fil est passé par une amie de la nouvelle compagne d’un homme divorcé, Frédérik Limol. Cette femme est réfugiée sur le toit du domicile de Monsieur Limol après des violences conjugales, son amie évoque auprès des gendarmes des « coups portés au visage ».Glock et fusil d'assaut équipé« Une patrouille de gendarmerie passe alors sur les lieux, voit un homme armé et déclenche des renforts », raconte le procureur de la République. Il prévient que l’ordre exact d’arrivée des gendarmes et le déroulé précis des faits n’en sont pas encore établis, « il faudra un certain temps pour reconstituer la chronologie ».Eric Maillaud explique que c’est au moment où les « gendarmes mettent la victime à l’abri » que Frédérik Limol a ouvert le feu, « et c’est dans ce contexte que trois d’entre eux seront touchés ». Des centaines...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

L'ADN a parlé : ces trois énigmes criminelles qui ont rebondi en 2020"Un bicot, ça ne nage pas" : une exclusion de trois jours demandée après les propos racistes d'un policierPuy-de-Dôme : trois gendarmes tués et un quatrième blessé par un forcenéVariante du coronavirus : pourquoi a-t-il fallu attendre trois mois pour s’alarmer de son apparition ?Les trois scénarios du procès Sarkozy