Trois astronautes européens s'installeront dans la station orbitale lunaire

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

En attendant la prise de fonction du nouveau patron de la Nasa, en remplacement de Jim Bridenstine, nommé par Donald Trump, qui au final aura été un très bon directeur, et les directives de l’administration Biden concernant les grands programmes d’exploration, le programme Artemis de retour sur la Lune se poursuit. Avec l’arrivée du démocrate Joe Biden et le report attendu du premier vol du SLS, qui vient de rater le test de ses moteurs, le retour sur la Lune prévu en 2024 n’est plus possible. La Nasa pourrait revenir au calendrier initial qui prévoyait une mission habitée sur la Lune en 2028, voire 2026 si l’administration Biden ne remet pas en cause le budget de la Nasa de l’ère Trump.

Normalement, seul le calendrier des vols des missions Artemis devrait être revu avec un report prévisible de un à deux ans pour les cinq à six premières missions Artemis, ce qui laisse à penser que le Gateway ne devrait pas subir de retard et serait bien mis en service dès 2025. De 2025 à 2030, la Nasa a prévu au moins un vol Artemis annuel à destination de la Lune et du Gateway pour des missions d’une durée de 14 jours à un mois. Cette petite station spatiale, qui réunit les partenaires internationaux de la Station spatiale internationale, à l’exception de la Russie, hébergera des équipages internationaux composés d’Américains, d’Européens, de Canadiens et d’un Japonais si la négociation en cours aboutit.

« En avant vers la Lune ! » Interview de Didier Schmitt, expert sur l'exploration humaine et robotique à l'ESA

Le Gateway : qui fera quoi ? © ESA
Le Gateway : qui fera quoi ? © ESA

Des Européens à bord du Gateway

La Nasa, qui a ouvert son programme lunaire aux astronautes étrangers a déclaré qu’ils pourraient séjourner et voler à bord du Gateway, selon les contributions des pays partenaires. Cet accord permet d'avoir des Européens à bord du Gateway et une participation garantie à son utilisation à des fins de recherche scientifique, de développement technologique et de démonstration, et comme base-relais pour de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura