Trois ans après, la suppression de l’ISF peine à montrer ses effets positifs sur l’économie française

·1 min de lecture

FISCALITE - Les gains identifiés se font surtout à l’échelle individuelle ou du foyer

Les réformes fiscales d’Emmanuel Macron sur le capital ont-elles bénéficié à l’ensemble de l’économie ? Pas sûr. A six mois de la présidentielle, le « comité d’évaluation » mis en place par le gouvernement a rendu ce jeudi son troisième rapport sur le sujet (après ceux de 2019 et 2020). L’enjeu politique n’est pas mince : il s’agit de savoir quels ont été les effets concrets de la suppression de l’ISF (remplacé par l’IFI, impôt sur la fortune immobilière) et de la mise en place du PFU (prélèvement forfaitaire unique ou flat tax, qui abaisse la fiscalité des dividendes) en 2018.

Dans l’esprit du gouvernement, ces réformes avaient plusieurs buts, selon la lettre de mission adressée par Edouard Philippe au comité au moment de sa formation : « favoriser la croissance de notre tissu d’entreprises, stimuler l’investissement et l’innovation ». Autrement dit, l’exécutif estimait qu’en diminuant les prélèvements, cela allait « libérer » de l’argent qui serait ensuite réinvesti dans l’économie.

Des impacts difficiles à mesurer

Avec la suppression de l’ISF et le PFU, le gouvernement avait donc accepté de se priver volontairement de plusieurs milliards d’euros de recettes annuelles, en espérant en retour un effet bénéfique net sur la croissance et l’emploi. Mais trois ans après, dans la li(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
«Emmanuel Macron pense qu’il faut des substituts à la figure du roi»
«Les premiers de cordée» vantés par Emmanuel Macron ont-ils tiré les autres vers le haut?
«Un sans-faute», des regrets, «mesures négatives»... Macron et les patrons, une série pleine de rebondissements

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles