Trois ans après le Covid, les grands musées de Paris reprennent des couleurs

Trois ans après le début de la crise du Covid-19 et encore privés de leurs visiteurs asiatiques, les grands musées parisiens se sont refait une santé avec une fréquentation en nette hausse en 2022 qui tend à retrouver ses niveaux de 2019.

Si les touristes en provenance d'Asie manquent encore à l'appel, les étrangers, en particulier américains, ont fait leur retour dans les hauts lieux culturels de la capitale qui a vu les grandes expositions (Kokoschka, Munch, Frida Kahlo...) plébiscitées et le retour en force du public de proximité dans les musées de la Ville de Paris, selon les chiffres publiés jeudi.

Avec 7,8 millions de visiteurs, le Louvre, plus grand musée du monde, enregistre une hausse de 170% par rapport à 2021 mais 19% de moins qu'en 2019 (9,6 millions).

Les Américains (18% de la fréquentation en 2022 contre 16% en 2019) reviennent en nombre mais le public chinois (8% de la fréquentation en 2019) est demeuré "quasi absent".

Une absence "compensée" par une présence en hausse des Européens (Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Espagne), même si le musée dit avoir pâti des restrictions de mobilité internationales encore en vigueur au premier trimestre.

"Un formidable encouragement", commente sa présidente Laurence des Cars, résolue à privilégier, comme nombre de ses homologues, l'accueil des visiteurs. Ils ont été 60% à arpenter pour la première fois les galeries du Louvre l'an passé, 45% ayant moins de 25 ans.

Pour améliorer les conditions de leur visite, une jauge quotidienne de 30.000 billets disponibles a été décidée en juin, ainsi que le retour d'une nocturne le vendredi et une offre de spectacle vivant en écho à l’actualité du musée.

Le château de Versailles, un des sites les plus visités de France, a lui aussi bénéficié du retour des étrangers qui ont représenté 77% de la fréquentation en 2022. Il totalise 6,9 millions de visiteurs (visites du château et des spectacles), soit 16% de moins qu'en 2019 (8,2 millions), très loin de la chute de 73% enregistrée en 2021.

- Grandes expositions -

Phare de l'impressionnisme au coeur de Paris, le musée d'Orsay a attiré 3,2 millions de visiteurs en 2022 (-10% par rapport à 2019, année record avec 3,6 millions) dont 58% d'étrangers et une part des moins de 18 ans qui atteint 14% en 2022. Son pendant, l'Orangerie, a quasiment retrouvé son niveau de 2019, un peu plus d'un million de personnes ayant franchi ses portes (-1%).

La grande rétrospective d'automne sur le peintre norvégien Edvard Munch à Orsay est en passe de battre un record avec 600.000 visiteurs à trois semaines de sa clôture.

Renouant avec la tradition des grandes expositions pluridisciplaires qui a fait sa singularité, le Centre Pompidou, a accueilli trois millions de personnes, majoritairement franciliens et parisiens, et a doublé sa fréquentation par rapport à 2021 (1,5 million), retrouvant "un niveau proche de celui de 2019", selon le musée.

Ses collections permanentes d'art moderne et contemporain enregistrent même plus de visiteurs qu'en 2019 (1,5 million contre 1,4).

Le musée du Quai Branly - Jacques Chirac, dédié aux Arts premiers, enregistre un million de visiteurs, soit quasiment son niveau de 2019 (1,1 million).

Après six ans de travaux de rénovation pour la moitié d'entre eux, les 14 musées de la Ville de Paris enregistrent de leur côté "un record historique", souligne auprès de l'AFP l'établissement Paris Musée.

Parmi eux, le musée Carnavalet sur l'histoire de Paris, rouvert en 2021, totalise plus d'un million de visiteurs, tout comme le Petit Palais, tandis que le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (MAM) comptabilise près de 560.000 visiteurs, près de deux fois plus qu'en 2019, attirés par les grandes expositions à l'instar de celles consacrées au peintre autrichien Oskar Kokoschka, au MAM, ou à Frida Kahlo au palais Galliera.

Record aussi pour le musée d'Histoire naturelle sur l'ensemble de ses sites avec plus de 3,5 millions de visiteurs contre 3,3 millions en 2019.

Pour sa première année complète d'ouverture au public depuis 2019, le Centre des monuments nationaux (CMN), qui gère une centaine de sites culturels dont l'abbaye du Mont-Saint-Michel, l'Arc de Triomphe et la Sainte-Chapelle à Paris, retrouve lui aussi son niveau d'avant la crise sanitaire avec plus de dix millions de visiteurs en 2022.

ls/mch/fio