"Triste en voyant que j'ai mes règles" : Eve Angeli très touchée à l'idée de ne pas devenir mère

Difficile pour Eve Angeli de ne pas avoir le coeur serré quand son ventre ne s'arrondit pas. La chanteuse a confié sa peine dans les colonnes de Public, mettant en avant un instinct maternel qui ne l'a jamais quittée. Bien que philosophe et belle-maman de deux filles de 20 et 24 ans, elle est triste de voir son rêve de maternité ne pas s'accomplir.

"Chaque mois depuis trois ans je suis triste en voyant que j'ai mes règles"

Depuis qu'elle a rencontré son nouveau mari, avec lequel elle vient de fêter ses trois ans de mariage en prenant bien soin de ne pas dévoiler son identité, elle espère pouvoir sentir la vie s'épanouir en elle. Malheureusement, ce n'est pas encore le cas et cela attriste la jolie blonde. "C'est même devenu un peu obsessionnel, reconnaît-elle auprès de Public, chaque mois depuis trois ans, je suis triste en voyant que j'ai mes règles. Je sens avec mes chiens que j'ai ce fort instinct maternel en moi." Pour autant, pas question pour Eve Angeli de "forcer le destin, les traitements hormonaux me font peur, avoue-t-elle, je laisse parler la nature et si ça n'arrive pas, c'est que ce sera pour la prochaine vie." En avril dernier, elle avait indiqué à Purepeople "je pensais que ce serait beaucoup plus simple, Et finalement, je me dis que l'adoption serait une des alternatives."

Philosophe mais néanmoins au regret de ne pas avoir eu d'enfants, plus tôt, son ancien mari ayant toujours indiqué ne pas vouloir fonder de famille. "Si j'avais rencontré (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

“Elle l'a pris à coeur” : l'avis tranché de Diane Leyre sur l'incroyable clash entre Sylvie Tellier et Alexia Laroche-Joubert
"Certaines choses m'agacent" : le coup de gueule inattendu de Gilbert Montagné
Roschdy Zem : la terrible histoire derrière l'accident de son frère, Mustapha
"Qui se fout à poil..." : Ludivine Sagnier amère sur une période de sa carrière
"Vous allez perdre votre mari !" : Léa Salamé demande conseil à Michel Drucker, il se lâche complètement