Trisomie 21 : un traitement efficace contre le déclin cognitif, une première mondiale

Alexis Munera / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Le premier traitement permettant de restaurer les fonctions cognitives des personnes porteuses de trisomie 21 vient d'être mis au point une équipe franco-suisse.

Le syndrome de Down, ou trisomie 21, touche environ une naissance sur 800 en France. Parmi les symptômes, un déclin des capacités cognitives : avec l'âge, 77 % des personnes atteintes de trisomie 21 connaissent des symptômes proches de ceux de la maladie d’Alzheimer, une perte progressive de l'olfaction (typique des maladies neurodégénératives), ainsi que des déficits de maturation sexuelle chez les hommes. "A 65 ans, 75% des personnes porteuses de trisomie 21 présentent une démence. Et celles qui sont déjà décédées à 40 ans (les personnes atteintes de ce syndrome ont une espérance de vie réduite) présentent toutes une imagerie cérébrale caractéristique de la maladie d'Alzheimer", explique Vincent Prévost, chercheur en neurosciences à l'Inserm. Jusqu'à présent, il n'existait aucun moyen de contrer ces symptômes. Mais l'équipe de Vincent Prévost au laboratoire Lille neuroscience et cognition (Inserm/Université de Lille/CHU de Lille) et le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV, Lausanne) viennent de montrer l'efficacité d'un traitement hormonal capable d'améliorer les fonctions cognitives des personnes porteuses de trisomie 21. Des travaux inédits publiés dans .

Le rôle confirmé de l'hormone GnRH

Ce potentiel futur traitement se base sur l'hormone GnRH (Gonadotropin-Releasing Hormone), connue pour réguler la reproduction via l’hypothalamus. Cette dernière jouerait également un rôle dans d’autres régions du cerveau, notamment sur le système de cognition. En étudiant le mécanisme de régulation de GnRH sur la souris, l'équipe du laboratoire de l'Inserm a démontré que sur le chromosome 21, cinq brins de micro-ARN contrôlant la production de cette hormone étaient dérégulés. Ce sont eux qui sont chargés de contrôler l'expression de GnRH. Or l'allumage de l'expression est altérée chez la souris trisomique : ce chromosome surnuméraire entraîne alors des anomalies dans les neurones secrétant l'hormone. En revanche, en administrant un traitement de GnRH chez des souris[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi