Triple saut : Zango, 18 mètres et un record qu’il faut valoriser

·1 min de lecture

Un record du monde est tombé ce week-end, celui du triple saut en salle. Hugues Fabrice Zango a sauté à 18 mètres 07 samedi en Auvergne. Ça ne nous dit pas forcément grand-chose, si on n’est pas incollable en athlétisme. Mais pour Virginie Phulpin, cet athlète et son record méritent toute la lumière.   

Déjà pour vous aider à vous rendre compte, mesurez donc 18 mètres 07 dans votre jardin ou dans votre rue. Vous allez comprendre ce que c’est que d’effacer cette distance en trois sauts. 18 mètres, c’est une des barres mythiques du sport. Un peu comme de courir le 100 mètres en moins de 10 secondes. Ceux qui les font tomber entrent dans un cercle très fermé. Avant Hugues Fabrice Zango, ils n’étaient que cinq dans l’histoire à l’avoir fait, mais toujours en extérieur. C’est à dire avec un peu de vent qui peut vous aider légèrement. En salle, le Burkinabé est le premier. Le seul.  

En plus ce record du monde a eu lieu à l’ère du Covid. Rares sont ceux qui pourront dire "j’y étais". Non, il n’y avait personne en tribunes à Aubière, près de Clermont-Ferrand. Et Virginie Phulpin trouve ça encore plus fort d’avoir battu ce record dans ces conditions, sans ce public qui réussit à donner des ailes aux athlètes. Hugues Fabrice Zango n’a pu compter que sur lui-même, il a pris son envol tout seul samedi. Pour retomber 18 mètres 07 plus loin. Et forcément, il n’a pas pu avoir de standing ovation. Même les caméras étaient absentes.

Et on ne peut même pas ouvrir l’Equipe pour y lire un compt...


Lire la suite sur Europe1