Triple homicide à Amiens: le conjoint d'une des victimes désigné comme principal suspect

·2 min de lecture
Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Les victimes du triple homicide perpétré à Amiens étaient deux soeurs de 25 et 26 ans et le fils de l'aînée, âgé de trois ans, et les soupçons "convergent" désormais vers son conjoint, père de l'enfant, a annoncé samedi le procureur. Les corps avaient été découverts vendredi dans un appartement d'Amiens, que la soeur aînée "partageait avec son conjoint" et leur enfant, a précisé lors d'une conférence de presse Alexandre de Bosschère procureur de la République à Amiens.

Le conjoint a été "hospitalisé à la suite d'un accident de la circulation" jeudi, dont les circonstances "indiquent qu'il s'agit probablement d'une collision volontaire, dans le cadre d'une tentative de suicide", a poursuivi le procureur. "Son pronostic vital n'est plus engagé mais il ne pourra pas être entendu avant plusieurs jours".

Cet homme de 48 ans "présentait d'ailleurs, au moment de son hospitalisation, des traces de lésions graves qui semblent indiquer qu'il avait tenté de se suicider quelques heures plus tôt par d'autres moyens", a-t-il ajouté. Compte tenu de ces éléments et de sa "présence avérée" dans l'appartement, "les soupçons convergent vers lui". "Les opérations d'autopsie ont débuté samedi matin" et "les analyses des prélèvements effectués à cette occasion suivront en début de semaine".

Un suspect connu des services de police

D'après les premiers éléments, les trois victimes "présentaient des traces d'asphyxie" dont l'origine n'est pas déterminée à ce stade. Les deux femmes présentaient aussi des traces de coups, et la plus jeune portait "une trace de coup de couteau, non-létale, au niveau du cou", a précisé le procureur.

La mort n'est à ce stade "pas datée" précisément mais elle est "antérieure de plusieurs heures ou jours" au moment de la découverte. Les secours étaient intervenus après le signalement d'un proche qui s'inquiétait de ne plus avoir de nouvelles "depuis quelques jours".

Connu des services de police et de justice pour des faits de faux, d'escroquerie ou de travail dissimulé, le suspect "n'a jamais été condamné pour des faits de violence", a encore indiqué Alexandre de Bosschère. Le parquet n'a "pas retrouvé de traces de plaintes, d'enquêtes en cours ou de signalements auprès d'associations pour des faits de violences conjugales".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles