Triple assassinat des Kurdes à Paris : l’étau se resserre autour des services secrets turcs

·1 min de lecture

Le 9 janvier 2013, trois militantes kurdes sont abattues en plein Paris. L’enquête mettra au jour les liens entre le principal suspect et le MIT, les services secrets turcs. Des récents éléments issus d’une enquête menée en Belgique viennent confirmer cette piste.

Dans la galaxie des crimes inexpliqués, il y a ces meurtres sans coupable. Énigmes humaines sur lesquelles les enquêteurs se brisent les dents durant de longues années. Et puis il y a ces autres affaires qui, même si l'auteur a bien été appréhendé, gardent tout leur mystère, des réelles motivations du tueur jusqu'aux identités d'éventuels complices. Comme cet encombrant dossier du triple assassinat de militantes kurdes, trois femmes froidement exécutées en plein cœur de la capitale il y a maintenant huit ans par Ömer Güney, un trentenaire de nationalité turc.En 2015, il est renvoyé devant la Cour d’Assises spécialement composée pour "assassinat, participation à un groupement formé en vue de la préparation d'actes de terrorisme et tentative d'évasion". Dans son ordonnance de renvoi, la magistrate souligne "les accointances avec le service de renseignement turc (MIT) avec lequel il était en contact". Mais le procès n’aura jamais lieu. Ömer Güney meurt en prison à la fin de l'année 2016 d'une tumeur au cerveau emportant avec lui l’extinction de l’action publique à son égard ainsi que ses secrets."Un dossier explosif pour le pouvoir turc"Mais les récentes avancées des enquêtes menées en France – l’instruction...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?