Du triomphe modeste des Anglais à la déroute des Italiens

Libération.fr

Dans cette édition remportée sans surprise par l’Angleterre, les nations européennes ne se sont pas rassurées à deux ans du Mondial.

A deux ans de la Coupe du monde, le rugby européen a pris une pincée de sable magique dans les yeux. La victoire attendue de l’Angleterre ? Confirmée samedi mais finalement pas hégémonique. Les succès de la France contre l’Ecosse, le pays de Galles et bien évidemment l’Italie ? Sans panache. Pendant ce temps-là, la Nouvelle-Zélande s’est resservi une petite bière, témoin à distance d’un Tournoi des six nations dont aucun outsider à sa mesure n’a pu émerger.

L’Angleterre : pas si parfait

Elle se voyait intergalactique : elle est «seulement» très grande. L’Angleterre fait moins bien qu’imaginé dans ce Tournoi des six nations, qu’elle remporte pour la deuxième année de suite. Samedi, elle a rencontré l’Irlande comme une belette rencontre une voiture pleins phares. Première défaite depuis un an et demi (13-9), aucune occasion pour taquiner l’en-but adverse. Cette défaite ternit leur victoire dans le tournoi. L’Angleterre manque ainsi d’améliorer le record de 18 succès d’affilée qu’elle codétient avec la Nouvelle-Zélande. A bien y regarder de près, le pack, affaibli par une demi-douzaine de blessés, s’est fait chahuter par les Français et plus encore les Gallois. «Il y a encore beaucoup de travail… On est humain», concède Eddie Jones, le sélectionneur. Ce ne sera pas du tout-cuit au Mondial 2019.

L’Irlande : trop d’orgueil

Le tournoi 2017 de l’Irlande, c’est un peu la candidature de Lionel Jospin à la présidentielle de 2002 : un candidat focalisé sur le deuxième tour sans même se préoccuper du premier. Jonathan Sexton & co rêvaient tout haut d’un final triomphal contre l’Angleterre, à la maison, sur le stade de Dublin. Au lieu de ces comptes d’apothicaire apothéotiques, le pays vainqueur des tournois 2014 et 2015 aurait dû se soucier de l’Ecosse et du pays de Galles, des équipes intrinsèquement inférieures mais qui ont réussi à (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

6 Nations Vingt minutes pour construire en Bleu
Top 14: la fusion avec le Racing fait long feu, quel avenir pour le Stade Français?
Hand: Thierry Omeyer et Daniel Narcisse prennent leur retraite internationale, selon France 2
Equitation: Tops-Alexander, la survivante du Saut Hermès
Top 14: La Rochelle et Clermont creusent l’écart, la fusion abandonnée

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages