Trimestriel La Recherche : "le temps et l'espace", disponible chez les marchands de journaux et dans les librairies

·2 min de lecture

"Exponentielle et adaptation", c'est l'édito du nouveau trimestriel La Recherche, un magazine-livre disponible en kiosque et dans les librairies à partir du 25 juin 2021.

"Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements" écrivait Charles Darwin, père de la théorie de l’évolution. Mais si les changements sont trop rapides, l’adaptation échoue, comme l’illustrent la fin des dinosaures et dont nous vous invitons à suivre dans ces pages le très long règne sur le Globe qui a duré près de 200 millions d’années. La question de la direction de l’évolution quant à elle – va-t-elle toujours dans le même sens ? – reste posée, ainsi que nous l’explique le philosophe Philippe Huneman. Une chose est sûre cependant : aujourd’hui, le changement principal et le plus rapide qui commande l’évolution est dû aux humains.

Une croissance exponentielle impose de ne pas perdre de temps

Lors d’un récent séminaire, l’astrophysicien Aurélien Crida a ainsi fait une présentation assez frappante de ce que signifie la croissance exponentielle et de ses limites (*). Ainsi, la croissance économique mondiale, continue depuis le début de l’ère industrielle, est conditionnée par l’apport de ressources, notamment en énergie. Le besoin supplémentaire énergétique pour soutenir cette croissance est estimé à environ 2 % par an, ce qui correspond à un doublement tous les 35 ans. En supposant que ce rythme se poursuive, quelles ressources énergétiques seraient nécessaires dans le futur ? En moins de 500 ans, nous aurions besoin de près de 10.000 fois plus d’énergie qu’aujourd’hui, soit toute l’énergie reçue sur Terre en provenance du Soleil !

1100 ans plus tard, il faudrait être capable de récupérer toute l’énergie émise par le Soleil dans toutes les directions ; puis dans 3.000 ans, nous aurions besoin de l’énergie de l’intégralité des étoiles de la Voie lactée, soit environ 200 milliards d’astres. La conclusion – évidente pour un physicien – est que la croissance durable… n’existe pas ! Certes, nous pouvons changer les paramètres, choisir 1% de croissance plutôt que 2%, mais cel[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles