Trimestriel La Recherche : "la conscience", disponible en kiosque et dans les librairies

·2 min de lecture

"Le jour où les machines se reconnaîtront dans un miroir", c'est l'édito du nouveau trimestriel La Recherche, un magazine-livre disponible en kiosque et dans les libraires à partir du 8 avril.

SOMMAIRE. Retrouvez également .

De HAL 9000 à Terminator en passant par C-3PO, la science-fiction nous abreuve de machines aux capacités que l’on pourrait qualifier d’humaines, voire de surhumaines. Aujourd’hui, dans la réalité, nous avons affaire à des programmes d’intelligence artificielle (IA) qui battent les champions d’échecs ou de go, tel AlphaZero, créé par les chercheurs de l’entreprise DeepMind de Google. Ou à des logiciels qui écrivent des articles de journaux automatiquement. Ainsi, le modèle de langage GPT-3, mis au point par la société OpenAI (cocréée par Elon Musk) et ouvert aux utilisateurs en juillet 2020, est capable de produire un contenu écrit ayant tout d’une production humaine. Dans tous ces systèmes, des processus qui semblent très éloignés de la pensée aboutissent pourtant à ces actions indiscernables de celles d’un humain conscient.

Des machines qui miment la pensée ?

C’est tout l’enjeu du débat : ces machines miment-elles la pensée, sans être conscientes, ou bien notre cerveau fonctionnerait-il aussi de la sorte, sans que nous le sachions encore ? Le parallèle entre le fonctionnement encore mystérieux de notre organe cérébral et celui de l’intelligence artificielle interroge. Pour l’IA, les chercheurs entraînent le modèle avec un déluge de données, et il en résulte des phrases et des textes bien construits. Pour notre cerveau, celui-ci est baigné en continu dans un ensemble d’informations plus réduites, mais sur lesquelles nous nous appuyons pour faire des déductions à partir desquelles nous pouvons agir. Quoi qu’il en soit, nous ignorons encore le fonctionnement intime de ces systèmes. La seule chose dont nous soyons certains, c’est de l’existence de notre propre conscience, puisque l’expérience est éminemment subjective (le "Cogito ergo sum" – "Je pense donc je suis" – de Descartes). Mais quid de celle de mes voisins ? Je sais uniquement ce qu’ils m’en disent, mais dois-je les croire ? En prenant en compte un substrat biologique semblable [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi