A Trieste, le pape fustige la "culture du rejet" et les "tentations populistes"

Le pape François a mis en garde dimanche contre la "culture du rejet" et les "tentations idéologiques et populistes" en s'inquiétant de "la crise de la démocratie" à l'occasion d'une visite à Trieste, dans le nord-est de l'Italie.

Le pape François s'exprime aux côtés de l'archevêque italien de Catane Luigi Renna lors d'une visite à Trieste, dans le nord-est de l'Italie, le 7 juillet 2024. (Andreas SOLARO)

"La démocratie n'est pas en bonne santé dans le monde d'aujourd'hui", a déploré le pape lors d'un discours devant un millier de personnes réunies au Centre des congrès pour la clôture des 50es Semaines sociales organisées par l'Église catholique italienne.

Sans jamais citer aucun pays, François a mis en garde contre les "tentations idéologiques et populistes", le jour même où la France vote pour le second tour de législatives historiques dont le Rassemblement national (extrême droite) pourrait sortir vainqueur.

"Les idéologies sont séduisantes. Certaines personnes les comparent à celui qui jouait de la flûte à Hamelin. Elles séduisent mais t'amènent à te renier", a-t-il souligné en référence au conte allemand.

Avant les élections européennes, des évêques de plusieurs pays s'était déjà inquiétés de la montée du populisme et des nationalismes en Europe, alors que l'extrême droite est déjà au pouvoir en Italie, en Hongrie et aux Pays-Bas.

Le chef des 1,3 milliard de catholiques a également fait part de sa préoccupation devant la progression de l'abstention de par le monde: "Je m'inquiète du petit nombre de personnes qui vont voter: qu'est-ce que cela signifie?"

Invitant à "s'éloigner des polarisations qui appauvrissent", Jorge Bergoglio a énuméré les obstacles à la démocratie: la "corruption et l'illégalité", le "pouvoir autoréférentiel", l'exclusion sociale et la marginalisation et l'indifférence.

"La culture du rejet dessine une ville où il n'y a pas de place pour les pauvres, les enfants à naître, les personnes fragiles, les malades, les enfants, les femmes, les jeunes", a-t-il regretté en invitant à promouvoir la participation dès l'enfance.

A Trieste, ville de 200.000 habitants située sur la côte adriatique à la frontière avec la Slovénie, le pape a rencontré des représentants du monde universitaire et des migrants.

Il a ensuite présidé une messe en plein air sur la grande place publique de la ville, devant 8.500 fidèles selon le Vatican, avant de repartir à Rome à la mi-journée.

Après Venise en avril et Vérone en mai, il s'agit du troisième déplacement en Italie cette année pour le jésuite argentin de 87 ans, son dernier avant le plus long voyage international de son pontificat, aux confins de l'Asie et de l'Océanie en septembre.

Malgré des problèmes de santé au cours de l'hiver l'ayant contraint à annuler plusieurs engagements, François, qui se déplace en fauteuil roulant, est apparu en bonne forme ces dernières semaines.

cmk/fio