TRIBUNE. Willy Schraen, président de la fédération des chasseurs : « On est les premiers pris pour cible »

© Eric Garault/PascoandCo pour le JDD

Voici sa tribune : Et si la chasse était la première d’une longue liste d’activités jugées amorales par des idéologues qui, dans une société en souffrance, sacralisent l’animal et idéalisent la nature ? Dans notre pays, la fracture territoriale est abyssale, et les néoruraux veulent, en réalité, la ville dans nos campagnes. Ils ne supportent pas nos traditions rurales qu’ils sont pourtant eux-mêmes venus chercher ! On est très loin du bon sens paysan, et c’est toute la différence entre une nature idéalisée et la vérité violente de celle-ci.

Ceux qui ne connaissent pas vraiment la nature ont d’elle une vision idyllique où la mort n’existe pas. C’est la cristallisation décrite par Stendhal lorsque la personne aimée est idéalisée.

"

Alors que l’homme a façonné la nature depuis des siècles, les activistes radicaux veulent le sortir de son biotope

"

Comme il ne passe pas un jour sans que les médias nous annoncent un futur apocalyptique à force de prévisions alarmistes, il est tentant de se rassurer en projetant sur notre réalité imparfaite le monde d’avant. Alors que l’homme a façonné la nature depuis des siècles, les activistes radicaux veulent le sortir de son biotope ! Les excès du monde « moderne » ne justifient pas qu’on passe à l’excès inverse, un monde totalement sacralisé. Dans l’histoire, ces périodes de basculement violent ont toujours amené leur cortège de désillusions, de précarité et de pauvreté.

Dans cette société en perte de repères, cette nouvelle morale se substitu...


Lire la suite sur LeJDD