TRIBUNE. "Le virus ne connaît pas les frontières, l'amour oui"

·1 min de lecture

Voici leur tribune : "L'Algérie a décidé voilà 10 mois de fermer ses portes à la pandémie. La France en a fait de même provoquant ainsi des milliers de drames humains et de séparations. 2020 restera dans les mémoires comme une année noire pour les gens qui s'aiment. Le gouvernement français, dans le sillage des autres pays européens, a mis en place la procédure "Love is not tourism" permettant ainsi à 2.500 couples séparés de se retrouver, après plusieurs mois de distance. Cette procédure exceptionnelle fut salutaire, démontrant ainsi que la France était fidèle à sa culture du romantisme et que Paris était bel et bien la ville de l'amour, un amour universel, un amour sans limites.

 

"

Des dizaines de couples vivent une souffrance silencieuse, une souffrance injuste, une souffrance violente

"

En effet, l'amour rayonne partout dans le monde sauf entre la France et l'Algérie… En effet, si peu à peu, la France avait réouvert ses frontières au monde extérieur, l'Algérie quant à elle, restait toujours fermée. Ainsi, le "Love is not tourism" est impossible à mettre en oeuvre entre les couples franco-algériens, qui sont les grands oubliés de cette procédure. Séparés depuis des mois, éloignés de leur moitié, des dizaines de couples vivent une souffrance silencieuse, une souffrance injuste, une souffrance violente…

Ce week-end un drame est arrivé. Déborah, l'une des membres d'un groupe réuni sur internet, a perdu sa moitié dans un accident de voiture. Elle ne pourra même pas pleurer la d...


Lire la suite sur LeJDD