TRIBUNE. La théologienne Claude Plettner : "Le problème de l'Eglise, c'est sa masculinité"

·1 min de lecture

La tribune : "Au vu des chiffres accablants d'actes de pédocriminalité commis par des clercs révélés par la commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique (Ciase), certains pointent du doigt le célibat des prêtres. C'est indéniable : des prédateurs peuvent opter pour le célibat dans l'Eglise pour mieux accéder aux enfants, ou d'autres par des mécanismes inconscients de défense, d'évitement ou de refoulement de leur sexualité. Une survalorisation du prêtre peut laisser penser qu'il serait un être à part, sorte de héros libéré des pulsions du commun des mortels. Comme si être célibataire, c'était être sans sexualité. Et qui ne le sait? une sexualité déniée, plutôt qu'assumée, vous expose à des retours de feu pulsionnels. Voire à des incendies criminels.

Dans les séminaires, le décalage est encore trop fréquent entre la complexité du réel et l'idéal recherché, entre la difficulté d'un tel choix, sa part inconsciente, et les belles raisons que se donne ou que vous donne l'institution d'aller vers là. Je m'empresse de dire qu'il en va de même dans la vie de couple. Françoise Dolto le reconnaissait : 'Au jeu du désir les dés sont pipés et les cartes truquées'. Et ils le sont pour tous, célibataires ou non.

"

Le célibat, vécu dans l'abstinence, ne renforce ni ne diminue les pulsions sexuelles menant aux abus sur mineurs

"

Osons le dire avec la commission : 'Il n'y a clairement pas de lien de causalité entre le célibat et les abus sexuels - de très nombreuses vi...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles