TRIBUNE. Sonia Backès : « La désobéissance civile, ou l'antichambre sournoise d’un authentique séparatisme »

© Raphael Lafargue/SIPA

Voici la tribune de Sonia Backès, secrétaire d'Etat chargée de la citoyenneté, qui revient sur le concept de désobéissance civile, remis au goût du jour le week-end dernier lors des manifestations de Sainte-Soline :

« Les exactions commises le week-end dernier dans les Deux-Sèvres à la faveur d’une manifestation émaillée de débordements violents ont eu pour effet de braquer à nouveau les projecteurs sur le concept de désobéissance civile. Cette formule est aujourd’hui brandie par des extrémistes soucieux de donner un vernis universaliste, voire humaniste, à des exactions toujours plus radicales. Ceux qui les défendent évoquent souvent, sans sourciller, Mahatma Gandhi ou Martin Luther King, figures tutélaires de la désobéissance civile et de la défense des droits humains. Dans leur entreprise de légitimation, ils oublient que ces derniers formaient leurs partisans à la non-violence, en toutes circonstances.

Aujourd’hui le verbiage approximatif d’une « nouvelle radicalité », défendue le plus souvent depuis le confort des salons parisiens, s’efforce de justifier des actions de terrain ultra-violentes sous couvert de cette formule. Elle mérite donc que l’on s’y arrête, dans le contexte qui est le nôtre. Car ici, comme partout, le choix des mots a son importance. Et des conséquences.

"

Il s’agit bien du non-respect délibéré des lois de la République, qui encadrent de grands principes démocratiques

"

La désobéissance d’abord : inutile de tourner autour du pot, on ne parle pas ici de ...


Lire la suite sur LeJDD