TRIBUNE. Rachel Khan : "Oui, emmerdons l'égoïsme, emmerdons l'incivisme"

·1 min de lecture

Emmerdés les soignants qui, sacrifiant depuis deux ans vie personnelle et familiale pour sauver des vies, voient arriver dans leurs hôpitaux des malades qui, s'ils s'étaient fait vacciner, n'occuperaient pas aujourd'hui les lits dévolus à d'autres pathologies.

Emmerdés les tenanciers de cafés et restaurants ne pouvant plus servir leurs clients au comptoir, les gérants de discothèques ayant fermé les dancefloors, les professionnels de l'événementiel au chômage technique.

Emmerdés les artistes, ces chanteurs qui ont répété un spectacle, monté une tournée pour finalement reporter leurs concerts ; ces troupes de théâtre qui renoncent même à répéter faute d'avoir la certitude de pouvoir jouer ; ces comiques soudain sans public.

Emmerdés nos enfants, contraints de porter un masque depuis des mois et pour les plus jeunes confrontés non au sourire bienveillant des puéricultrices à la crèche ou des enseignants à l'école mais à un bout de tissu qui retarde l'apprentissage du langage et des émotions.

Emmerdée notre jeunesse qui, une année entière privée d'amphithéâtres, a dû renoncer aux rencontres, aux voyages, aux amours, aux fêtes, à tous ces imprévus qui font la joie d'avoir 20 ans et vit aujourd'hui, en plus de l'anxiété écologique, l'angoisse pandémique. On n'embrasse mal avec un masque.

"

Si les 5 millions de Français qui y rechignent aujourd'hui se faisaient vacciner [...] nos services hospitaliers ne seraient plus saturés

"

Emmerdés les salariés. Ils aimaient retrouver leurs collèg...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles