TRIBUNE. « Pour réduire les inégalités, il faut simplifier le mécanisme de l’actionnariat salarié »

·1 min de lecture
© Rawpixel

Voici leur tribune : « Prime exceptionnelle et actionnariat salarié obéissent à des logiques différentes ayant des effets distincts. La mesure portée par le président candidat d’un « dividende salarié » d’un montant maximal de 6 000 euros s’inscrit dans la première logique et vise à apporter une réponse principalement conjoncturelle aux difficultés éprouvées par de nombreux salariés en matière de pouvoir d’achat. Cette prime n’a de dividende que le nom dans la mesure où elle n’est pas la conséquence de la propriété d’actions de la société.

Certes, la mesure de partage de la valeur ajoutée annoncée par Emmanuel Macron est la bienvenue et ne peut faire que consensus. Toutefois, elle ne s’inscrit pas dans une logique de partage de la valeur à long terme qu’implique la diffusion de l’actionnariat salarié dans toutes les entreprises. Ainsi, elle ne permet qu’une limitation de l’érosion du pouvoir d’achat des salariés et non une véritable réduction des inégalités entre les détenteurs du capital et les salariés. Le dividende salarié répond au problème des inégalités de revenus et non à celui des inégalités de patrimoine qui sont bien plus préoccupantes en France, comme le révélait une l’étude de l’ONG Oxfam de 2021.

"

Le dividende salarié répond au problème des inégalités de revenus et non à celui des inégalités de patrimoine

"

En réalité, le partage des profits ne peut s’effectuer de façon pérenne que sur la base d’un partage du capital. À titre d’exemple, le patrimoine des plus gr...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles