TRIBUNE. Le président du Collectif Handicaps : "Les droits fondamentaux des personnes handicapés sont bafoués"

·1 min de lecture

À grand renfort de campagnes de communication, le gouvernement ­affirme que les personnes handicapées sont des personnes comme les autres. Une évidence qu'il ne respecte pourtant pas dans l'élaboration des politiques publiques de droit commun, comme le lui a rappelé en septembre le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies. La séquence du Ségur de la santé en est une parfaite illustration. Au moment même des premières annonces qui revalorisaient les professionnels soignants hormis ceux exerçant dans les lieux de vie des personnes handicapées (établissement et domicile), le mal était fait. De manière inéluctable, cela a dégradé la qualité de l'accompagnement et affaibli, encore plus, un secteur déjà miné par un réel manque d'attractivité.

Les recrutements sont devenus quasiment impossibles dans de nombreux métiers et les départs volontaires de personnels se multiplient. À certains endroits, la continuité des soins et la qualité des accompagnements ne sont plus garanties. Face à l'incapacité d'accueillir en toute sécurité des personnes lourdement handicapées, celles-ci doivent retourner chez des proches, alors même que le secteur de l'aide à domicile ­traverse une crise de grande ampleur qui délaisse des personnes et des familles isolées et démunies. Quand le mode dégradé devient la règle, la qualité de l'accompagnement et la sécurité des personnes ne sont plus assurées.

"

La seule réponse que nous avons reçue aux alertes lancées est un silence méprisant

"

Pe...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles