TRIBUNE. "Ne laissons pas la question sociale à Marine Le Pen"

·1 min de lecture

Voici la tribune de Dominique Villemot, Jacky Bontems, Aude de Castet, respectivement président et vice-présidents de Démocratie vivante, un think-tank qui assure vouloir "contribuer à ce que le quinquennat d'Emmanuel Macron soit porteur de progrès social". "Les sondages pour la prochaine élection présidentielle montrent que Marine Le Pen continue à attirer environ un quart des électeurs et améliorerait son score de second tour, pouvant l'emporter si elle était opposée à un candidat de gauche. Au second tour en 2017, Emmanuel Macron est arrivé en tête dans toutes les catégories socioprofessionnelles, sauf chez les ouvriers où Marine Le Pen a été majoritaire avec 56%. Elle a fait ses meilleurs scores chez les titulaires des revenus les plus faibles.

Si Emmanuel Macron n'est pas le président des riches, Marine Le Pen est la candidate des pauvres.

"

Le Parti socialiste, les écologistes et La France insoumise s'adressent aux classes moyennes de Paris et des métropoles

 

"

Pourquoi l'électorat populaire a-t-il déserté la gauche? D'abord parce que la culture ouvrière du Parti communiste n'a pas été remplacée : le Parti socialiste, les écologistes et La France insoumise s'adressent aux classes moyennes de Paris et des métropoles. Les travailleurs ont le sentiment que la gauche s'intéresse plus aux personnes issues de l'immigration qu'à ceux qui travaillent dur (ouvriers, employés de commerce, aides à domicile, manutentionnaires, livreurs…). Beaucoup d'entre eux ont l'impression que la...


Lire la suite sur LeJDD