TRIBUNE. « Monsieur le ministre de l'Intérieur, parler d'éco-terrorisme, c'est insulter toute une génération »

© UGO AMEZ/SIPA

Voici sa tribune. « Monsieur le ministre de l’Intérieur, 
Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour m’indigner face à votre choix de qualifier les manifestations contre les bassines de Sainte-Soline d’éco-terrorisme. Indignation émotionnelle d’abord, en choisissant un mot au passif si lourd pour notre société, le comparatif était malvenu et pénible. Intellectuelle ensuite, observant votre amalgame conscient entre des mouvements aux natures et aspirations très différentes, semant le doute sur la violence présumée des actions écologistes au global. Vous cherchez à prendre à témoin l’opinion, à créer une ambiguïté chez les partisans de l’écologie, pour au lieu de la rendre universelle, la rendre plus clivante encore. Mais où est la violence ? N’est-elle pas davantage dans le cynisme des dirigeants informés qui agissent mollement que dans l’action de quelques centaines de militants cherchant à protéger la terre face aux défaillances de l’État ?

Lire aussi - Lisa Belluco, la députée EELV qui a évoqué une ZAD à Sainte-Soline

Vers la violence

Nous sommes entrés dans une spirale qui ne mènera notre démocratie nulle part. Nos actions pacifiques, vous les jetez à la poubelle - souvenez-vous de la Convention citoyenne pour le climat -, mais quand les gilets jaunes sont devenus violents, ils ont obtenu des milliards. Dans le cas des bassines de Sainte Soline, pourquoi ne pas choisir la violence quand on se souvient qu’elle a été le seul moyen d’empêcher la construction d’un aéroport à ...


Lire la suite sur LeJDD