Tribune des militaires dans "Valeurs actuelles" : Florence Parly exige des sanctions

·1 min de lecture

Après la diffusion, le 21 avril dans " Valeurs actuelles ", d’une tribune controversée où des militaires appellent à " soutenir les politiques " qui œuvreront à la " sauvegarde la nation ", Florence Parly exige que des sanctions soient prises contre les concernés.

La Grande Muette ne l'est plus tellement. Alors que la tribune controversée de militaires parue le 21 avril dans Valeurs actuelles a été largement condamnée par le monde politique, Florence Parly a pris la parole pour, à son tour, vilipender les propos des signataires. Après s'être exprimée la veille dans une série de tweets, lundi 26 avril, sur France Info, la ministre des Armées a d’abord déclaré que cette tribune l’avait fait " bondir ".Deux principes immuables guident l'action des militaires vis-à-vis du politique : neutralité et loyauté. Les mots de Madame Le Pen reflètent une méconnaissance grave de l'institution militaire, inquiétant pour quelqu'un qui veut devenir cheffe des armées.— Florence Parly (@florence_parly) April 25, 2021 Ces mots " appellent à une sorte d'insurrection, du moins, attisent un climat de division ", considère-t-elle, demandant des sanctions fermes, pour ceux " qui ont enfreint le devoir de réserve " et pour " les militaires actifs ".Une tribune apocalyptique Pour autant, la ministre a tenu à prévenir tout amalgame qui viserait l’Armée. Et de rappeler que " les militaires sont des personnalités qui ont choisi d'abord et avant toute chose le service de la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Malgré ses relents putschistes, la tribune des ex-généraux met le doigt là où ça fait mal"

Tribune des généraux dans "Valeurs actuelles" : "Un petit putsch pour que tout rentre dans l’ordre ?"

Pierre-André Taguieff : "Réponse à une tribune islamo-décoloniale d'universitaires en forme d’aveu"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex