Tribune de militaires : de lourdes sanctions pourraient attendre certains signataires

18 militaires en activité et 25 généraux en réserve ont été identifiés parmi les signataires de la tribune dans Valeurs Actuelles qui fait polémique. Le chef d’état-major des armées tape du poing sur la table et veut des sanctions, comme la mise à la retraite des officiers signataires. Ces généraux de deuxième section, des officiers de haut rang ayant quitté leur service actif, mais restant toujours mobilisables, seraient alors radiés. En signant cette tribune qui dénonçait le laxisme en France et suggérait que l’armée pourrait passer à l’action, ils sont accusés d’avoir dérogé à leur devoir de réserve. Des sanctions rares Chacun de ces 25 généraux va passer devant un conseil militaire. "Les sanctions qui pourraient tomber sont essentiellement symboliques, notamment la suppression d’un avantage fiscal dont ils bénéficient, ou le fait qu’ils ne seront plus autorisés à porter l’uniforme dans certaines cérémonies", explique Pierre Servent, expert militaire. Des sanctions qui seraient néanmoins exceptionnelles. Les 18 autres militaires en activité signataires du texte, dont quatre officiers, seront convoqués en conseil de discipline et pourront écoper de jours d’arrêt.