Tribune de militaires : le général Lecointre demande la démission des signataires

·1 min de lecture
Le général Lecointre a appelé les signataires de la nouvelle tribune à faire preuve de « bon sens » en quittant l’armée.
Le général Lecointre a appelé les signataires de la nouvelle tribune à faire preuve de « bon sens » en quittant l’armée.

Le ton est moins strict qu'après la première tribune, avec une invitation « au bon sens ». Le chef d'état-major des armées françaises a invité mardi dans un courrier les signataires anonymes de la deuxième tribune de militaires à quitter l'uniforme pour défendre librement leurs opinions tout en respectant la neutralité de l'armée. « Le plus raisonnable est certainement de quitter l'institution pour pouvoir rendre publiques, en toute liberté, ses idées et ses convictions », écrit le général François Lecointre dans une lettre envoyée à tous les soldats, au ton délibérément apaisé et dépourvu de la moindre menace de sanctions.

La tribune, publiée dimanche soir sous forme de pétition par Valeurs actuelles, est parue moins de trois semaines après la publication, dans le même hebdomadaire, d'une première tribune de généraux, dont certains sont menacés de sanctions. Ils dénonçaient le « délitement » de la France et se disaient prêts à « soutenir les politiques » qui ?uvreraient contre.

Tribune anonyme

Cette fois, ceux qui se présentent comme des militaires « récemment entrés dans la carrière », et dont certains ont « connu le feu ennemi » au Mali, en Afghanistan ou en Centrafrique, dénoncent ce qu'ils perçoivent comme « la guerre civile (qui) couve ». Mais on ne connaît ni le nombre ni l'identité de ces militaires qui lancent un appel à « la survie » du pays.

« Depuis plusieurs semaines (?), l'obligation de réserve qui s'impose à tout militaire a été largement transg [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles