TRIBUNE. Marie Desplechin sur les enfants de djihadistes : « Avoir à rappeler leur innocence est pathétique »

© Damien Grenon pour le JDD

Voici sa tribune : « Deux cents enfants français, dont une dizaine d’orphelins, sont actuellement détenus dans les camps du Nord-Est syrien. Les plus petits y sont nés, la plupart y sont entrés à l’âge de 2 ou 3 ans. Ils vivent entourés de barbelés, sous des tentes, sans accès aux soins ni à l’école. Peu et mal nourris, ils subissent le froid extrême de l’hiver et les chaleurs écrasantes de l’été. Désœuvrés, livrés à eux-mêmes, témoins et otages de la cruauté de la vie dans les camps, ils peuvent à tout moment faire l’objet de prédations physiques et sexuelles.

Les autorités kurdes de Syrie, gardiennes des camps, ne demandent qu’une chose : que l’État français les rapatrie, à l’instar des États belge, allemand, finlandais, suédois et de tant d’autres qui ont fait revenir leurs enfants avec leurs mères. En France, tout est prêt pour les accueillir et les prendre en charge : structures judiciaires, sociales et sanitaires, magistrats, éducateurs, psychiatres, associations, enfin leurs familles, exténuées par l’attente. Voilà trois, quatre, cinq ans que nous les attendons. Des années que ces enfants attendent. Et, parce que ce sont des enfants, des années qu’ils espèrent.

Et voilà des années qu’au plus haut niveau de son État la France oppose un refus catégorique à leur retour. Rien depuis seize mois. Le 24 février dernier, Paris a été condamné par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU pour avoir violé la Convention internationale des droits de l’enfant : “Le refus de la Fra...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles