TRIBUNE. "Langues régionales : des faits contre le discours trompeur d'Alain Bentolila"

·1 min de lecture

Voici la tribune de Philippe Blanchet : "La tribune d'Alain Bentolila, "Les langues régionales à l'école, un combat inutile et douteux", donne une vision faussée de la question. Il écrit : "L'Histoire a traité de façon très inégale les différentes langues de notre pays (...) les positions des langues sur notre territoire et la hiérarchie que l'Histoire leur a assignée". Il considère que "Une langue déteste (...) créera les mots (...) inventera les structures". Dire que l'Histoire et les langues sont des acteurs autonomes permet d'ignorer que ce sont les humains qui font l'histoire et qui créent des mots, ainsi que les politiques, les comportements, en l'occurrence les dominations qui ont conduit à la situation actuelle des langues dites régionales.

Or il y a eu en France des lois qui punissaient de prison l'usage de langues régionales et obligation exclusive du français dans de nombreuses situations ; il a été interdit pendant un siècle de nommer des enfants hors d'une liste de prénoms en français ; il y a eu un endoctrinement pour faire croire que ces langues sont des "patois" inutiles ; les enfants ont subi à l'école immersive en français des sévices psychiques et physiques pour interdire leur langue et l'associer à un traumatisme.

Tout cela est établi par des études sérieuses qui s'appuient sur des archives nombreuses. Cela change tout aux causes pour lesquelles "la plupart des élèves ont pour langue maternelle le français" et aux enjeux de l'enseignement de langues dont ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles