TRIBUNE. "L'activité physique est une première nécessité pour les malades"

·1 min de lecture

"Le reconfinement marque un nouveau coup d'arrêt dans la pratique d'activité physique et sportive organisée des Français. On savait déjà que ni les adultes, ni les enfants, n'atteignent en temps normal les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soit une demi-heure par jour pour les adultes et une heure pour les enfants. Mais les deux mois printaniers passés enfermés ont encore réduit le temps dédié à cette pratique. Elle s'est même effondrée chez les adolescents.

Le problème est que ne pas bouger tue. Des études scientifiques* ont montré que l'inactivité physique était même la première cause de mortalité évitable dans le monde. Malheureusement, en raison de la pandémie, les soins de support, complémentaires aux traitements des malades chroniques, ont presque disparu. Laure Guéroult-Accolas, fondatrice de l'association Patients en réseau, soulignait tristement qu'en cancérologie, 53% des soins de support, dont l'activité physique est un élément majeur, avaient tout simplement été annulés pendant le premier confinement. Pour les 17 millions de personnes touchées par une maladie chronique (cancer, maladies cardiovasculaires, diabète…), ne pas bouger est délétère. Alors que faire pour éviter qu'ils soient privés d'une meilleure qualité de vie lors de ce confinement automnal?

"

En cancérologie, l'activité physique adaptée est le seul traitement efficace pour lutter contre la fatigue

"

Prescrire de l'activité physique. En effet, cela est encore insuffisamment ...


Lire la suite sur LeJDD