TRIBUNE. L’Ouzbékistan peut jouer le rôle de médiateur dans la crise afghane

·1 min de lecture
Vue de Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan.
Vue de Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan.

L'actualité de l?Afghanistan a été ces dernières semaines omniprésente dans les médias et elle a au moins permis de remettre sur le devant de la scène la région géopolitique de l?Asie centrale un peu trop souvent oubliée. En effet, elle paraît encore trop lointaine et bien enclavée vue depuis le Vieux Continent. Elle est pourtant une région géostratégique unique, à la croisée de l?Europe, de la Russie, du Moyen-Orient, de l?Asie du Sud et du Sud-Est. Dotée d?un riche passé civilisationnel, sur la route de la soie, elle a précieusement préservé cet héritage traditionnel de terre d?échanges et de commerces unique au monde.

Riche en hydrocarbures, en minerais, en sources d?énergie et en industries, elle est devenue au fil des années un espace économique de plus en plus compétitif au carrefour des routes des grandes puissances mondiales. L?Afghanistan suscite aussi la convoitise pour cela. Mais elle est aussi un espace politique sur lequel compter et plusieurs pays de la région espèrent bien contribuer au dialogue régional et à sa reprise depuis le départ des Américains d?Afghanistan afin d?y favoriser la paix. L?Ouzbékistan en fait partie.

Si, tout récemment, l?Ouzbékistan a fermé sa frontière d?un point de vue sécuritaire avec l?Afghanistan, le pays a toutefois joué un rôle déterminant dans l?évacuation des 2 000 personnes depuis le territoire afghan pour le compte de l?Allemagne. La capitale était même devenue le centre logistique des évacuations de réfugiés [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles