TRIBUNE. Jean-François Julliard, président de Greenpeace France : "Non au climato-cynisme d'Emmanuel Macron"

·1 min de lecture

Voici sa tribune : "Les derniers jours des débats sur la loi Climat et résilience ont été riches d'enseignements sur les ­renoncements d'Emmanuel Macron et de son gouvernement. Si la page du climato-scepticisme semble tournée, le climato-­cynisme est désormais à l'œuvre, cruel aveu du véritable projet présidentiel. Et ce n'est ni une tribune parue la semaine dernière dans Le Monde, et signée par plusieurs ministres et parlementaires, ni la quatrième place de la France dans un classement dont le manque de rigueur méthodologique a été largement dénoncé, qui masqueront la réalité d'une série de promesses présidentielles non tenues.

Tout a commencé, comme souvent avec Emmanuel Macron, par un discours engageant et des punchlines. Ce coup-ci, en avril 2019, il s'agissait d'agir vite pour lutter contre le ­dérèglement climatique en mettant à la tâche 150 citoyennes et citoyens tirés au sort. Un objectif leur était assigné : "définir les mesures structurantes pour parvenir, dans un esprit de justice sociale, à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40 % d'ici 2030 par rapport à 1990". Leurs propositions seraient toutes reprises "sans filtre".

"

Nous nous attendions à peu, nous avons connu le pire

"

Et puis les fameuses propositions sont arrivées à maturation. ­Emmanuel Macron en a écarté quelques-unes. Soit ! Les 150 ont froncé le sourcil, mais sont restés optimistes. Puis des ministres ont, à leur tour, ­balayé d'un revers de la main certaines mesures. Pendant ce te...


Lire la suite sur LeJDD