TRIBUNE. « Le gouvernement ne doit pas céder au lobbying de l’industrie du tabac »

© REUTERS/Toru Hanai/File Photo

Voici sa tribune : « Commercialisé en France depuis quelques années seulement, le tabac chauffé se présente comme des mini-cigarettes, également appelées sticks ou bâtonnets, à insérer dans un dispositif électronique chauffant, permettant de libérer un aérosol. L’industrie du tabac présente ces nouveaux produits comme moins risqués, et comme une alternative à la cigarette traditionnelle. Pourtant, aucune étude indépendante ne permet d’affirmer que le tabac chauffé soit moins dangereux pour le fumeur que la cigarette classique. Rien ne permet non plus de dire que ce nouveau produit soit une « alternative » à la cigarette : sur dix consommateurs de tabac chauffé, sept continuent de fumer des cigarettes en parallèle, deux étaient auparavant non-fumeurs, et un seul consomme exclusivement ce nouveau produit .

Au regard de la nocivité du tabac chauffé, le gouvernement s’était ainsi engagé à créer une catégorie fiscale spécifique et dissuasive pour ce produit récemment introduit sur le marché français. Dans cette optique, la première version du PLFSS, dans son Article 8, relatif à la fiscalité des produits du tabac, concrétisait cet engagement. Conforme à la demande des ONG de lutte contre le tabagisme, cet article 8, examiné en Commission des Affaires sociales, avait été approuvé par une majorité de députés.

Un abattement fiscal de 26 % pour le tabac chauffé

La veille du passage en 49-3, le 20 octobre, le gouvernement a unilatéralement pris le parti d’apporter de profondes modifica...


Lire la suite sur LeJDD