Tribune des généraux dans "Valeurs actuelles" : "Un petit putsch pour que tout rentre dans l’ordre ?"

·1 min de lecture

Georges Kuzmanovic, analyste géopolitique et président du parti République Souveraine, dénonce la lettre ouverte des généraux dans " Valeurs actuelles ", qui laisse entendre la possibilité d'un putsch, ainsi que la défense de Marine Le Pen.

Le 21 avril 1961, les généraux Salan, Challe, Zeller, Jouhaud et quelques autres déclenchaient à Alger le " putsch des généraux ", en réaction à la politique menée par le général de Gaulle, considérée comme une trahison, à savoir cesser la guerre et négocier l’indépendance de l’Algérie.Ce triste évènement, qui avait conduit notre pays à une guerre civile larvée menée par l’OAS (Organisation de l’armée secrète) et à l’attentat contre le général de Gaulle, Valeurs actuelles a choisi de le commémorer à sa manière en publiant, soixante ans plus tard, ce 21 avril 2021, l’appel d’un quarteron de généraux à la retraite " pour un retour de l'honneur et du devoir au sein de la classe politique ", cosigné par près d’un millier de militaires. Je suis intimement convaincu que la date n’a pas été choisie au hasard. Elle inscrit cet appel dans une lignée assumée.Armée putschiste ?Deux jours plus tard, dans le même hebdomadaire, Marine Le Pen a soutenu l’appel, comme un clin d’œil à la ligne antigaulliste de Jean-Marie Le Pen et de sa famille politique. Elle a proposé à ces militaires de la rejoindre " pour le redressement " et " le salut du pays " ; mais c’est déjà fait, puisque nombre d’entre eux sont encartés au RN ou proches de cette...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Malgré ses relents putschistes, la tribune des ex-généraux met le doigt là où ça fait mal"

Tribune des militaires dans "Valeurs actuelles" : Florence Parly exige des sanctions

Pierre-André Taguieff : "Réponse à une tribune islamo-décoloniale d'universitaires en forme d’aveu"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex