TRIBUNE. Fabrice Bonnifet : « Osons la sobriété écologique cohérente ! »

© Frederic Petry / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Un fois que l’incohérence atteint des sommets, l’irrationnel envahit la vallée. Voici ce qui pourrait être le dicton de cet automne. Ainsi, vu par les hautes sphères partout en Europe la sobriété « n’est pas produire moins, mais plutôt éviter les consommations inutiles… » Revenons sur ces notions de production et d’utilité. On assiste là à un superbe hold-up sémantique, car produire plus avec moins, ce n’est pas de la sobriété, c’est de l’efficacité énergétique, dont on sait depuis WS. Jevons, qu'à mesure que les améliorations technologiques augmentent l'efficacité avec laquelle une ressource est employée, la consommation totale de cette ressource augmente au lieu de diminuer.

 

Lire aussi - Énergies : le gouvernement lance l’opération sobriété
Autrement dit : on aboutit à l’exact contraire du but affiché. Employer à dessein un mot pour un autre est une figure de rhétorique assez courante pour tromper son monde, et notamment faire croire que l’on fait une chose sans la faire. Une fois la mauvaise foi dévoilée, il est parfois possible de s’en sortir avec une deuxième figure de style très en vogue en ce moment chez les économistes : « Il ne faut pas produire de moins en moins, il faut produire de mieux en mieux », sous-entendu avec moins de gaspillage et de meilleure qualité. Louable objectif qui rassemble à coup sûr un consensus. Mais, pas de chance, au sens premier, il s’agit là aussi d’efficacité énergétique et en aucun cas de sobriété. En effet, produire mieux de plus en ...


Lire la suite sur LeJDD