TRIBUNE. Eric Woerth : "Face à la crise, non au simplisme"

·1 min de lecture

"L'hiver du Covid n'empêche pas la floraison d'idées en tout genre. Elles ont toutes en commun la facilité : la crise est devenue un accélérateur de solutions magiques. Il y a ceux qui souhaitent réduire le temps de travail pour créer plus d'emplois, ceux qui appellent à la création d'un revenu universel, ceux qui voudraient augmenter les salaires en supprimant les cotisations sociales salariales, ceux qui pensent que les comités de citoyens peuvent remplacer les élus et ceux, nombreux, qui appellent au non remboursement de la dette publique. Mais les spécialistes en "portes ouvertes" font rarement de bons architectes...

Toutes ces idées lumineuses et séduisantes présentées à chaque fois comme la pierre philosophale, poursuivent le même objectif : accrocher facilement et rapidement l'attention des citoyens. Qui n'aurait pas envie de dessiner un monde meilleur? Un monde avec des salaires augmentés, moins de jours travaillés, le fardeau de la dette effacé comme la craie sur un tableau… Si ces idées sont à l'image des sirènes d'Ulysse, elles sont surtout dangereuses. En réalité, dire aux Français ce qu'ils ont envie d'entendre, c'est les tromper cyniquement.

"

Le défi du désendettement post-Covid passe par l'augmentation de la production

"

Aujourd'hui, la responsabilité des hommes et des femmes politiques n'est pas tant de trouver la mesure miracle qui emportera dans l'instant l'adhésion des Français mais d'abord de redonner du sens à l'action publique. Le sérieux de la crise app...


Lire la suite sur LeJDD