TRIBUNE. Eric Coquerel : "La prohibition nourrit le trafic de drogue"

·1 min de lecture

La tribune : "Le trafic de drogue tue. Il tue socialement les habitants des quartiers qui le subissent. Il tue, ou dégrade l'état de santé des consommateurs, y compris le cannabis dont le taux de tétrahydrocannabinol (THC) s'amplifie. Il tue des policiers, on l'a vu malheureusement à Avignon. Il tue aussi les petites mains de la drogue qui cumulent les conditions d'un travailleur ubérisé et les risques inhérents à vie d'un petit dealer (77 règlements de comptes faisant 106 victimes en 2018).

De mon mandat en Seine-Saint-Denis, je tire la conclusion que c'est le fléau sécuritaire numéro 1 des villes populaires. C'est encore plus vrai depuis la crise du Covid qui a déstabilisé un trafic obéissant au modèle du capitalisme le plus sauvage, sauf que la concurrence ne se règle pas à coups d'OPA mais de morts.

"

Cette politique basée sur le duo prohibition-répression est l'histoire d'un échec

"

Gérald Darmanin veut réagir par la 'manière forte'. Il veut fermer les points de deal grâce à un téléphone vert où on indique leur localisation… déjà connue de tous ! Il a institué une amende censée freiner le trafic. Il en revendique 70.000 en sept mois : une goutte d'eau par rapport aux 900.000 consommateurs quotidiens de cannabis et à l'armée des petites mains du trafic, soit environ 240.000 personnes. Cela s'apparente surtout à une taxe de l'Etat sur la consommation et le commerce illicite. Dans ma circonscription, j'ai vu davantage d'interventions sur les points de deal, mais au mieux ils...


Lire la suite sur LeJDD