TRIBUNE. Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris : "La faim ne justifie pas les dark stores"

·1 min de lecture
© Sipa

Un nouveau fléau menace-t-il Paris? La mairie n'est pas loin de le penser à propos des dark stores, ces supermarchés sans clients qui proposent des livraisons en dix minutes. Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d'Anne Hidalgo, signe une tribune aujourd'hui dans lejdd.fr, intitulée La faim ne justifie pas les dark stores. Ce réquisitoire accuse la "dizaine de plateformes de 'quick commerces' [qui] se partagent le marché parisien" de remplacer peu à peu les commerces de proximité, déjà fragilisés par la crise, par des "lieux de stockage".

Il s'inquiète aussi des "attroupements de centaines de livreurs" aux abords de ces entrepôts fantômes, "à toute heure du jour et de la nuit », générant des nuisances. À le lire, ce nouveau service se situe "aux antipodes" de la ville voulue par l'exécutif, avec des "pieds d'immeubles vivants", des "terrasses, devantures, vitrines", ces "interfaces sociales inestimables".

Emmanuel Grégoire appelle donc à "prendre des décisions franches". Si "aucune loi ne permet aujourd'hui de réguler directement les dark stores", indique-t-il, le plan local d'urbanisme (PLU) parisien prévoit que ces opérateurs demandent une autorisation à la mairie avant d'installer leurs entrepôts, "ce qu'ils ont étrangement oublié". Le premier adjoint annonce que la Ville prendra désormais "les mesures nécessaires afin de faire respecter [cette règle], le cas échéant, avec de lourdes conséquences financières et pénales pour les récalcitrants".

Voici sa tribune : "Dix minut...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles