TRIBUNE. Election américaine : faut-il incriminer les sondages ?

franceinfo
·1 min de lecture

Une victoire de Joe Biden bien longue à se dessiner, la résistance de la base électorale pro-Trump sous estimée : pour beaucoup d'observateurs, l'élection présidentielle américaine illustre une nouvelle fois un "ratage" des instituts de sondage. Dans une tribune pour franceinfo, Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos en France, et Mathieu Gallard, directeur d'études Ipsos Public Affairs, plaident pour leur profession. Et expliquent en quoi, selon eux, la défiance envers les sondages est un problème.

Le résultat de l’élection américaine pose à nouveau deux questions autour des sondages. Celle de l’usage médiatique qui en est fait et celle, à nouveau, de leur statut et de leur précision. Les sondages sont bien sûr essentiels, mais dans une campane serrée et incertaine comme celle que viennent de connaître les Etats-Unis, nous avions très ouvertement publié un pronostic chiffré des différents scénarios donnant l’élection de Joe Biden comme de loin la plus probable. Au-delà des sondages classiques, c’est par une approche plus intégrée que nous avons quantifié ces scénarios, et nous n’avons été surpris ni du résultat de l’élection ni de l’évolution du rapport de force électoral depuis le début du dépouillement. 2020 a en effet ceci de particulier que dès le 4 novembre, alors même que le décompte des voix n’était (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi