TRIBUNE. Le député LREM et médecin urgentiste Thomas Mesnier sur la fin de vie : "Appliquons d'abord la loi"

·1 min de lecture

Voici la tribune du député Thomas Mesnier, député LREM de Charente, et médecin urgentiste : "Nous avons en France un problème avec la mort, avec la vulnérabilité. Alors que nous y sommes confrontés un peu plus chaque jour depuis plus d'un an avec la crise sanitaire du Covid-19, le débat sur la fin de vie revient au Parlement par plusieurs propositions de loi visant à légaliser l'euthanasie. Le débat sur la fin de vie est légitime et nous devons le tenir de façon sereine, apaisée, en sortant de deux camps qui s'affrontent et des fantasmes que chacun peut se faire sur la mort.

"

L'urgence est de donner le temps et les moyens à la loi de s'appliquer

"

La loi Claeys-Leonetti a trouvé un équilibre fin, remarquable. Elle répond, avec les directives anticipées, la personne de confiance et la sédation profonde et continue jusqu'au décès, à la quasi-totalité des situations mais elle n'est pas encore assez connue ni assez appliquée. Cette loi votée en 2016 n'a donc que cinq ans. Les recommandations de bonnes pratiques pour les soignants n'en ont que trois. Et il faudrait légiférer encore? Aujourd'hui?

Lire aussi - TRIBUNE. Le député LREM Jean-Louis Touraine sur la fin de vie : "Il faut humaniser l'agonie"

L'urgence est de donner le temps et les moyens à la loi de s'appliquer.

Les partisans de l'euthanasie ont progressivement préempté l'expression de 'fin de vie digne' laissant à penser qu'on ne pourrait mourir dignement autrement.

On meurt mal en France, parce que la loi n'est pas appliqué...


Lire la suite sur LeJDD