Publicité

TRIBUNE. « En communication, les femmes préfèrent l’arrière-plan », regrette Patricia Chapelotte

Voici sa tribune. « Quand j’ai créé mon agence de communication après avoir conseillé quelques temps des ministres hommes, j’ai vu débarquer dans mon bureau des nouveaux entrepreneurs aux dents longues. L’un d’eux me dit un jour : « Je veux que tu fasses de moi le Séguéla du web ».

Plus tard, un autre me demande si je peux faire de lui un président de la République (il s’agissait d’un total inconnu, mais il avait quelques grandes idées pour la France). Plus récemment, un autre encore, très sérieusement : «J'ai bien réussi dans mon secteur, je pourrais donc devenir ministre, qu’en pensez-vous » ?

Quand une femme vient nous voir, elle commence toujours par nous parler de son projet, de ses ambitions professionnelles, de son équipe et des sujets pour lesquels elle se sent légitime.

Patricia Chapelotte

Et un quatrième de m’expliquer que son rôle et sa personnalité font indéniablement de lui « un leader à la parole impactante ». Ainsi sa présence dans les médias et sur les réseaux sociaux ne fait aucun doute. Le job sera facile en somme…

En fait, j’ai souvent remarqué une différence criante entre les hommes et les femmes qui veulent s’adjoindre les services d’une agence de communication. Quand une femme vient nous voir, elle commence toujours par nous parler de son projet, de ses ambitions professionnelles, de son équipe et des sujets pour lesquels elle se sent légitime.

À l’évidence, les femmes et les hommes ne gèrent pas leur image de la même façon. Les homm...


Lire la suite sur LeJDD