TRIBUNE. "Afghanistan : pourquoi Macron doit accorder l'asile aux combattants de la liberté"

·1 min de lecture

Face à la tragédie de milliers d'Afghans tentant de fuir la menace des talibans, que pouvions-nous attendre d'Emmanuel Macron? Et le monde qui observe la France, qu'espérait-il? Le président de la République - dont la première mission est, rappelons-le, de veiller au respect de notre Constitution - aurait dû annoncer qu'il accordait le statut de réfugié constitutionnel à toutes les Afghanes et tous les Afghans qui combattent pour la liberté, comme notre droit le prévoit et l'exige.

La convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugié politique, dont la France a été l'un des premiers signataires, accorde ce statut à toute personne "persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques". Mais cette protection ne peut s'appliquer qu'à une personne déjà entrée sur notre territoire. Ce qui n'est pas le cas de l'asile constitutionnel proclamé en 1946, une exception française.

"

L'asile constitutionnel est plus restreint que l'asile de Genève mais plus protecteur

"

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en réaction au régime de Vichy qui avait violé le principe républicain de l'asile, le peuple français inscrit dans sa Constitution que "tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République". C'est l'article 4 du préambule de la Constitution de 1946, préambule qui devient, en 1958, partie intégrante de la Constitutio...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles