TRIBUNE. "Absence des plateformes, l'erreur historique du Festival de Cannes"

·1 min de lecture

La tribune : "Spike Lee, Adam Driver, Wes Anderson… Ces noms auraient pu signer un retour en force de Cannes, si la direction du Festival ne s'arc-boutait pas sur des positions intenables. Nous avons lu que la sélection 2021 avait dû intégrer des contraintes liées aux restrictions de circulation. Pourtant, les frontières françaises sont ouvertes à la quasi-totalité du monde depuis le 9 juin. Les pays étrangers auraient donc pu venir présenter plus de films sur la Croisette cette année. Sauf que non.

En 2018, Martin Scorsese était persona non grata en sélection officielle. Jamais un film Netflix, même signé Scorsese, ne franchirait les marches du palais. Pas de Cannes donc pour The Irishman. En 2018, Roma était primé à Venise et gagnait l'oscar du meilleur film. Un film… Netflix. Libération criait au scandale et titrait : 'L'erreur historique de la Mostra'.

"

N'est-ce pas le Festival de Cannes qui, cette année, commet une erreur historique en s'entêtant à refuser de sélectionner ce qu'est devenu le cinéma aujourd'hui?

"

N'est-ce pas le Festival de Cannes qui, cette année, commet une erreur historique en s'entêtant à refuser de sélectionner ce qu'est devenu le cinéma aujourd'hui? Il y a un risque à donner de telles habitudes aux producteurs et aux cinéastes, mais aussi aux indispensables partenaires. Qui peut prédire qu'à l'avenir, quand Cannes n'aura d'autre choix que de changer d'avis, les professionnels délaisseront la lagune de Venise pour revenir en masse?

De plus, pourquoi ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles