La tribu de Joséphine Baker

·1 min de lecture
Joséphine Baker et ses 12 enfants adoptés, le 30 août 1964.
Joséphine Baker et ses 12 enfants adoptés, le 30 août 1964.

Cela commença en 1953. Plus de dix ans avaient passé depuis sa fausse couche à Casablanca fin 1941, qui l?avait laissée dans l?incapacité d?avoir un enfant. Quand Joséphine Baker forme un nouveau couple avec le jazzman violoniste Jo Bouillon, naît l?idée d?un « petit Unesco privé ». Le siège ? Le château des Milandes, acquis avant la guerre dans le Périgord. Cette constellation d?enfants, douze au total, va prendre forme au fil des ans, des tournées, des contacts, des coups de c?ur. Douze apôtres ; ni saints ni salopards, comme s?amuse à le préciser l?un des douze, Brian Bouillon-Baker, dans l?ouvrage qu?il consacre à cette tribu, Joséphine l?universelle (éd. du Rocher).

Cela commença donc en 1953 au Japon. Chez son amie Mme Sawada, membre de l?illustre clan des Mitsubishi, qui avait ouvert à Tokyo le plus grand orphelinat d?Asie, où, dans l?immédiat après-guerre, il ne manquait pas d?enfants. Le premier s?appelle Akio (même si on le connaissait aussi sous le nom de Yamamoto), il est coréen et bouddhiste. Après avoir été dans l?hôtellerie, puis la banque, près de Paris, il s?apprête à revenir s?installer près du château des Milandes.

Le même jour de 1953, Baker choisit un petit Japonais shintoïste, Teruya, que dans la famille on appellera Jeannot. Il a travaillé toute sa vie comme paysagiste pour les parcs de la SBM, la Société des bains de mer de Monaco, où la princesse Grace avait apporté son aide en 1970 à la chanteuse.

À LIRE AUSSIJoséphine Baker au Panth [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles