Triangle de Gonesse : vie et mort d'une ZAD express aux portes de Paris

·1 min de lecture

La ZAD (zone à défendre) du Triangle de Gonesse (Val-d'Oise) a été évacuée dans le calme par la police ce 23 février au matin. Installée depuis dix-sept jours pour protester contre la création d'une future gare de métro du Grand Paris sur le site du projet abandonné d’Europacity, la ZAD avait peu de chance de durer.

Ce 23 février au matin, " la ZAD est en cours d'expulsion ", confirme Bernard Loup, le président du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), qui n'est pas à l'origine de cette occupation illégale mais l'a activement soutenue. Arrivés vers 6 heures, les CRS ont pénétré dans la ZAD et les occupants devaient dans la matinée être transférés en bus vers un commissariat. L’évacuation avait été ordonnée par le tribunal de Pontoise ce vendredi 19 février.Dix à trente militants écologistes étaient présents en permanence sur le site depuis le 7 février dernier, jour où s’était installée la " première ZAD d’Île de France ". Cette occupation, matérialisée par quelques cabanes, était destinée à bloquer le chantier de la future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express.Désenclaver le Val-d’Oise ?La construction de cette gare fait débat au-delà des milieux écolos. Si elle était à l’origine conçue pour desservir un complexe commercial et de loisirs, Europacity, l’abandon du projet en 2019 a rebattu les cartes. Emmanuel Macron avait en effet décidé que le complexe ne serait pas construit, une décision saluée par les écologistes et associations de petits...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Au triangle de Gonesse, la guerre sur l'avenir des terres agricoles reprend de plus belle

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Tour Triangle : la faveur à 263 millions octroyée par la mairie de Paris au promoteur Unibail

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record